Juin 2018


Du 1 er juin au 28 juin 2018

Delphine Alliens



Il y a le silence, puis la peinture s’exprime.  

Mes réalisations sont le reflet de mes réactions émotionnelles. Je place en scène des personnages seuls ou accompagnés, en espace libre ou clos, dans un état émotionnel proche du recueillement, de l’attente ou de la folie. Je m’interroge sur les blessures de l’âme, les miennes et celles des autres.  

Lire l’expressionnisme figuratif de mes travaux, c’est vouloir s’immiscer dans un univers où le rêve et la pensée se heurtent à une réalité abrupte matérialisée par des raclures, des rayures ou même des incisions. 

Mes personnages flottent dans une sorte d’instant présent avec l’idée que l’humanité se conjugue avec l’animalité et c’est cela même qui donne cette apparence brute. J’appelle d’ailleurs mes toiles « les accidentelles évidences ». 

Un univers pictural sombre, rugueux, dérangeant mais profondément humaniste car c’est le cœur de ma source d’inspiration, l’Homme et ses grands débats.

 

Joël Bardeau


31000 Toulouse

 

06 07 35 20 82

 

Mail : info@joelbardeau.com

Site : https://www.joelbardeau.com

https://www.facebook.com/studio2610/


En photographie j’aime tout autant la couleur que le noir & blanc. Je navigue avec l’une ou l’autre de ces signatures en fonction du sujet ou de l’inspiration du moment. Rendre le plus fidèlement et le plus honnêtement  possible toute l’émotion de l’instant magique de la création, voilà ce que j’aime offrir au regard des autres, permettre à chacun de trouver son propre chemin  d’évasion et de  réflexion au travers de mes images. Le corps sous toutes ses formes, pour l’accepter sans réserve, l’humain  et sa complexité, sont au cœur de mon travail. Je présente, non pas une série mais divers travaux représentatifs réalisés sur plusieurs années, ainsi le public pourra par ce survol appréhender ma création sous ses différents aspects

 



"Puppet" Huile et acrylique sur médium 46X121 cm. Peinture d'Hazel Taïs
"Puppet" Huile et acrylique sur médium 46X121 cm. Peinture d'Hazel Taïs

Azel Thaïs


 

40 Moliets et Ma

 

 

Mail : 

Site : https://www.facebook.com/hazel.thais

 


Toucher à l’éternité

 

Hazel Thaïs est une originale. Vraiment. Qui, aujourd’hui, oserait se frotter au sacré, aux images sereines d’une iconographie religieuse, à l’intouchable des fresques antiques et médiévales ? En toute simplicité, avec humour aussi, cette ancienne étudiante aux Beaux Arts du Mans, puis de Rennes relève le défi. Une artiste au travail hors norme, et hors du temps.

Hazel est habitée par des images de la Renaissance et de la période baroque italienne comme par celles de l'iconographie orthodoxe. Quand on contemple sa peinture, qui installe une forme de silence pur, peu à peu ce sont des chants byzantins, des voix mystiques qui nous parviennent ; même si elle a décidé de son nom d’artiste (Thaïs) suite à un titre de This Mortal Coil (collectif musical des 80’s dirigé par le fondateur du mythique label 4AD ; mais on demeure dans les voix célestes).

Ses sujets, le traitement et le vernis qu’elle applique à ses peintures (sur bois souvent creusé, façonné) qui craquèlent l’image comme les siècles, ses couleurs, tout nous transporte loin d’ici bas. Les expressions des visages, souvent comme endormis, les gestes qui traduisent une grâce sainte, les drapés des vêtements, nous sommes conviés à un voyage dans une antiquité relue et corrigée, un art sacré réinterprété.

Elle déclare : « Je ne peins pas un geste ou une action, mais le moment d'après, "la faille"; celui qui nous a échappé et quand les mots achoppent. Le dépouillement, c'est la présence

silencieuse de l'instant dans lequel les personnages ou masques sont suspendus. J'abîme et je patine le bois pour accentuer l'usure du temps. » Ses couleurs ont souvent les reflets de l’éternité, entre des blancs marmoréens, chryséléphantins, des vermeilles, des bronzes ou des ors jaillissant d’un fond sombre ; c’est parfois l’obscur du vide, où elle fait flotter ses personnages... dont le corps n’est pas toujours entier, ou « normal ». Qu’importe, c’est le monde d’Hazel Thaïs !
En effet, là où l’artiste surprend encore, c’est dans son humour si particulier, cette fantaisie subtile et inattendue qui se manifeste quelquefois dans ses œuvres. Une observation

minutieuse permettra de repérer des bizarreries anatomiques parfois. Une forme de naïveté dans l’approche du corps, l’académisme revu par une iconoclaste. Loin d’être gênantes, elles sont le garant de cette humanité authentique dont Hazel Thaïs fait preuve, bien plus soucieuse d’évoquer une émotion, que de coller à un réalisme stérile et sans fantaisie. Après tout, « baroque » tient son étymologie de « barroco », soit en portugais « perle irrégulière »...

Une certitude : de ses œuvres affranchies des règles et des emprises du temps émane une sérénité qui fait beaucoup de bien par ce sacré réinventé. Alors, prière d’accepter la rupture et de contempler !

 

Jean-Henri Maisonneuve, le 20 septembre 2014

Sculptures en grès noir, extraites de l’installation Impermanence de Fanny Pallaro
Sculptures en grès noir, extraites de l’installation Impermanence de Fanny Pallaro

Fanny Pallaro


28 rue du télégraphe

31500 Toulouse

 

06 68 53 09 06

 

Mail : pale.arrow@free.fr

Site : http://fanny.pallaro.free.fr


“Fascination pour le mystère du visage,

et plus largement, pour le mystère du vivant. ”

 

Je développe et approfondis aujourd’hui le travail entrepris : continuer à interroger les visiteurs grâce aux regards de mes êtres de terre...

 

Je prends des photographies, je réalise des déclinaisons plastiques à partir de mes sculptures, ceci pour renforcer ce que je cherche à exprimer avec la terre.

 

Grès noir. Couleurs archéologiques. Feu. Parfois quelques sculptures deviennent des bronzes. Quelle que soit la matière, elle est une quête d’universel.

 

Je réalise des groupes de sculptures, des groupes de personnes en sculpture...

J’emploie le mot « personne » plutôt que « personnage » car le mot «personne» renvoie à une présence « réelle ».

Pourtant avant que ces présences n’émergent de la terre je ne les connais pas encore. Je vais à leur rencontre, à moins que ce soit elles qui viennent vers moi... vers nous. Pour nous dire quoi ?

 

 

 



Ombilic - 49 x 49 cm, 2017, techniques mixtes. Oeuvre de Vincent Turbet
Ombilic - 49 x 49 cm, 2017, techniques mixtes. Oeuvre de Vincent Turbet

Vincent Turbet



Né en 1985 à Nevers, je quitte la maison pour apprendre la taille de pierre à Dijon, métier que je n'exerce que deux ans. Je pars ensuite à Lisbonne où je ne fais que dessiner.

 

De retour en France, je me forme à la construction de décors de spectacle à Paris qui m'amène à créer des scénographies métalliques et mécaniques jouant en interaction avec le public.

 

Supportant mal le rythme effréné du monde du spectacle, je fuis en 2010 dans l'arrière pays niçois pour travailler comme jardinier dans un arboretum où sculptures et installations sont exposées.

 

Je vis aujourd'hui dans le Lot et poursuis le travail du métal. D'inspiration libre, mes sculptures évoluent entre inspirations oniriques et abstraction.

 


Espace Points de Vue

6 rue de la Barbacane

82110 LAUZERTE

tel. +33(0)5 63 32 25 59

animations@lauzerte.fr

du 6 avril au 31 octobre 2018

Ouvert tous les jours

10h30-13h00 & 15h00-18h00

jusqu'à 19h00 juillet & août


Association

Art Points de Vue

5 rue de la Mairie

82110 LAUZERTE

espacepointdevue.lauzerte@gmail.com

https://www.artpointsdevue.com/